Ferme Saint André1

L’entreprenariat au service de l’intérêt général : l’exemple de la Ferme Saint-André (67 – Bas-Rhin)

Paru à la fin de l’année 2016, le bilan des 8 ans d’action de la Fondation RTE met en lumière 15 projets soutenus par elle entre 2008 et 2015, leur histoire ainsi que leur territoire. Parmi eux, « La myciculture à la Ferme Saint-André » porté par l’association Saint-André.

Altruiste, bienveillante, généreuse, Béatrice Guth a toujours aidé les autres à construire leur avenir. Lorsqu’elle enseignait les sciences naturelles, elle avait à cœur de transmettre ses connaissances aux élèves pour élargir leur culture et leur offrir un bagage scolaire solide. Pour aller encore plus loin dans sa démarche, elle décide de s’orienter vers le métier de responsable d’exploitation qu’elle exerce aujourd’hui au sein de La Ferme Saint-André. Située à une trentaine de kilomètres de Strasbourg, à Friedoslsheim, cette association gère deux structures qui contribuent à l’insertion sociale et professionnelle de personnes en difficulté. La première, une entreprise d’insertion, offre aux jeunes en rupture l’opportunité d’être formés aux métiers agricoles. La seconde, une entreprise adaptée, propose à des personnes atteintes d’une légère déficience mentale des postes compatibles avec leur handicap.

Ne pouvant produire des légumes bio toute l’année, la Ferme Saint-André se retrouve confrontée à des difficultés économiques. Pour assurer l’avenir de la structure, et ainsi permettre le maintien des postes en insertion, Béatrice Guth entend développer de nouvelles activités. C’est à plus de 5 000 km de là, au Canada, qu’elle découvre la culture du pleurote. Gris, brun ou noirâtre, ce champignon peut être cultivé toute l’année et récolté deux à trois semaines après le semis. C’est avec de nouvelles compétences agricoles que Béatrice Guth, déterminée à faire de la culture du pleurote un moteur du développement de la Ferme Saint-André, rentre en France. Grâce à son équipe, mais aussi grâce au soutien de nombreux mécènes, parmi lesquels la Fondation RTE, elle voit son projet se concrétiser. Avec l’arrivée de ce nouveau produit sur le site de la Ferme Saint-André, les salariés en insertion développent de nouvelles compétences et proposent à la vente de nouveaux plats cuisinés.

L’audace dont a fait preuve Béatrice Guth lui a permis d’imaginer et de concrétiser ce beau projet. Sans son sens de l’initiative, celui-ci n’aurait jamais pu voir le jour.

Pour en savoir plus sur le projet de l’association Saint-André et les autres initiatives soutenues par la Fondation RTE