COMMUNAUTÉ DE LA FONDATION : 6 QUESTIONS À OLIVIER DELVAL, INSTRUCTEUR

“Je n’en retire pas de la fierté, mais plutôt une grande satisfaction d’avoir pu ainsi donner leur chance à des associations toutes plus méritantes les unes que les autres ! Et surtout, j’ai découvert l’univers des entreprises sociales et solidaires et toutes les actions incroyables qu’elles réalisent.”

Au nombre de 13, les instructeurs de la Fondation RTE sont des cadres retraités de RTE qui assurent bénévolement l’analyse des projets éligibles à son soutien avant leur présentation en comité exécutif. Bien plus qu’une vérification de l’adéquation entre le projet et les critères de sélection de la Fondation, ils apportent une contribution appréciée des porteurs de projet qu’ils rencontrent par les conseils qu’ils leur apportent au cours de ces échanges.

 

Quel était votre dernier poste à RTE ?

J’ai terminé ma carrière en tant que Responsable budgétaire du Contrôle interne et de la Sécurité au sein du Centre Développement et Ingénierie de Lille.

 

Pourquoi êtes-vous devenu instructeur ?

Peu de temps avant mon départ à la retraite, j’ai été approché par une collègue qui m’a proposé de devenir instructeur pour la Fondation RTE. Après échange avec Frédéric Dohet, Délégué général de la Fondation, j’ai décidé de m’engager afin de garder un lien avec RTE et de poursuivre une activité intellectuelle en mettant à disposition une partie de mes nouvelles disponibilités.

 

Comment décririez-vous la phase d’instruction ?

Enthousiasmante dès la prise de connaissance du projet à instruire, passionnante par la découverte de toutes ces personnalités qui s’engagent dans des projets sociaux et solidaires et rigoureuse lors de la rédaction du dossier d’instruction du projet soumis au comité exécutif de la Fondation.

 

Pouvez-vous nous parler d’un projet dont l’instruction vous a particulièrement marqué ?

Tous les projets que j’ai eu la chance d’instruire m’ont marqué par l’engagement et la « foi » qui animent les porteurs de projet. Celui auquel j’ai été particulièrement sensible est celui de l’association Réseau Eco Habitat, qui agit pour sortir les plus démunis de la précarité énergétique. Dans le cadre du Contrat à Impact Social (CIS)* signé avec l’Agence Nationale de l’Habitat (ANAH), l’association a pour ambition d’accroître le rythme des rénovations qu’elle opère d’ici 2023 afin d’atteindre 200 logements.

 

Quelle est votre plus grande fierté en tant qu’instructeur ?

Avec seulement un an d’ancienneté, je ne suis encore qu’un « jeune » instructeur mais j’ai la chance d’avoir obtenu le feu vert du comité exécutif et donc le soutien de la Fondation pour tous les projets que j’ai instruits. Je n’en retire pas de la fierté, mais plutôt une grande satisfaction d’avoir pu ainsi donner leur chance à des associations toutes plus méritantes les unes que les autres ! Et surtout, j’ai découvert l’univers des entreprises sociales et solidaires et toutes les actions incroyables qu’elles réalisent.

 

Si vous étiez une innovation qui a révolutionné la société, vous seriez…

Une entreprise sociale et solidaire !

 

Largement appréciés par les porteurs de projet et salués par les pairs de la Fondation, les instructeurs permettent de rapprocher encore davantage la Fondation RTE du terrain. Merci à eux !

 

*Le contrat à impact est un partenariat entre le public et le privé destiné à favoriser l’émergence de projets sociaux et environnementaux innovants :

En savoir plus : https://www.economie.gouv.fr/contrat-impact