Communauté de la Fondation : 6 questions à Patrick A., instructeur

« Ma plus grande fierté, c’est d’avoir contribué, depuis 3 ans et demi, à créer environ 100 ETP (équivalent temps plein) de personnes ayant des difficultés à s’intégrer dans la société. »

 

En 6 questions, découvrez celles et ceux qui font vivre la Fondation RTE !

 

Au nombre de 13, les instructeurs de la Fondation RTE sont des cadres retraités de RTE qui assurent bénévolement l’analyse des projets éligibles à son soutien avant leur présentation en comité exécutif. Bien plus qu’une vérification de l’adéquation entre le projet et les critères de sélection de la Fondation, ils apportent une contribution appréciée aux porteurs de projet qu’ils rencontrent par les conseils qu’ils leur apportent au cours de ces échanges.

 

Quel était votre dernier poste à RTE et comment avez-vous connu la Fondation ?

Mes deux derniers postes avaient trait à la sécurité : j’ai d’abord été responsable de la sécurité du système d’information, il m’a ensuite été confié la sécurité des infrastructures de RTE et la protection des données à caractère personnel.

 

Pourquoi êtes-vous devenu instructeur ?

Partant à la retraite, je voulais continuer à m’immerger dans le monde du travail et à me sentir utile à la société.

 

Comment décririez-vous la phase d’instruction ?

Instruire un projet revient à se l’approprier pour évaluer sa faisabilité, sa viabilité, son intérêt social et apprécier son adéquation par rapport aux critères de sélection de la Fondation RTE. C’est aussi le moment d’une rencontre, physique dès que possible, avec l’équipe du porteur de projet, ses convictions, ses motivations et son style propre. La phase d’instruction est un moment passionnant qui nous permet de découvrir des activités nouvelles et un monde professionnel très différent de celui de RTE.

 

Pouvez-vous nous parler d’un projet dont l’instruction vous a particulièrement marqué ?

La Ferme Emmaüs Baudonne, située à Tarnos dans les Landes. Le projet consistait à créer une structure unique en France : à la fois structure d’insertion pour une dizaine de femmes sous écrou en aménagement de peine sous la forme d’un placement extérieur et ferme maraîchère biologique. Cette structure propose aux femmes accueillies un travail rémunéré, un logement individuel ainsi qu’un accompagnement socioprofessionnel soutenu. C’est un projet utile aux femmes concernées et à la société en général puisque les placements extérieurs limitent fortement les cas de récidives.

 

Quelle est votre plus grande fierté en tant qu’instructeur ?

Avoir contribué, depuis 3 ans et demi, à créer environ 100 ETP (équivalent temps plein) de personnes ayant des difficultés à s’intégrer dans la société.

 

Si vous étiez une innovation qui a révolutionné la société, vous seriez…

Le GPS !

 

Largement appréciés par les porteurs de projet et salués par les pairs de la Fondation, les instructeurs permettent de rapprocher encore davantage la Fondation RTE du terrain. Merci à eux !