Inauguration des travaux de second-oeuvre de la dépendance

La Chartreuse de Neuville, un terrain d’insertion

La Chartreuse de Neuville a donné, le 9 décembre dernier, le coup d’envoi des travaux de restauration de l’une de ses dépendances. Une campagne de travaux d’envergure qui sera réalisée, en partie, par des personnes en situation de handicap.

Les travaux de rénovation de la Chartreuse de Neuville, initiés en septembre 2016, avancent. Tailleurs de pierre, spécialistes de la toiture, charpentiers, maître verrier … de nombreux ouvriers s’affairent minutieusement sur le bâtiment classé monument historique. Petit à petit, le plus grand monastère chartreux de France reprend vie, et de nouvelles parties de l’édifice s’apprêtent à accueillir des activités pour le moins singulières.

Le 9 décembre dernier, une soixantaine de partenaires, donateurs et amoureux de l’édifice se sont réunis à Neuville-sous-Montreuil pour apprécier la progression du chantier. Dédiée à la découverte d’une des dépendances de la bâtisse, la visite a été clôturée par l’inauguration des travaux de second-œuvre. Une fois rénovée, cette dernière accueillera des ateliers pratiques de formation contre l’illettrisme et de restauration de l’imprimerie de l’ordre des Chartreux.

L’association de préfiguration de la Chartreuse de Neuville, qui a reçu l’aide de la Fondation Rte pour les travaux de rénovation et d’aménagement de cette dépendance, a développé en parallèle une expérimentation inédite : un chantier d’insertion. Dans les mois à venir, 12 stagiaires en formation à l’UGECAM (centre de réadaptation professionnelle suite à un handicap) pourront bénéficier d’un véritable support d’apprentissage tout en participant activement à la restauration de ce patrimoine exceptionnel. Une belle initiative pour cette association engagée contre l’illettrisme !

La fin des travaux est prévue pour le printemps 2020, mais pas question pour La Chartreuse de Neuville de fermer ses portes. Tous les visiteurs sont les bienvenus pour découvrir le plus grand chantier Monuments historiques de France et les 25 corps de métiers qui y officient.

Plus d’infos sur le projet