La Fondation RTE face à la crise sanitaire en 2020 : confirmer les engagements et dresser des perspectives de collaborations futures

Dès les premiers effets de la crise sanitaire du Covid-19 sur l’économie, la Fondation RTE s’est engagée auprès de ses bénéficiaires afin de favoriser le maintien de leurs actions en faveur du monde rural.Au-delà des mesures financières exceptionnelles prises, la Fondation RTE a pu compter sur sa communauté de bénévoles (salariés comme retraités de RTE), dont le travail au plus près des associations bénéficiaires a permis l’identification de leurs nouveaux besoins humains et opérationnels.

Retour sur ces engagements inédits qui ont marqué le quotidien de la Fondation RTE en 2020 et qui lui permettent désormais d’envisager 2021 de façon optimiste et confiante.

 

La Fondation RTE n’est pas une fondation d’urgence, néanmoins un certain nombre de ses bénéficiaires se sont retrouvés dans une situation d’urgence :

  • Financière (diminution drastique, voire mise en veille, de l’activité) ;
  • Humaine (mise en retrait des bénévoles et salariés vulnérables) ;
  • Opérationnelle (besoin urgent de masques, de véhicules individuels, d’ordinateurs pour télétravailler, etc.).

 

La Fondation RTE s’est engagée à leurs côtés financièrement, humainement et opérationnellement. La priorité : favoriser la continuité des actions des associations soutenues, afin de maintenir la confiance en l’avenir des acteurs locaux et des alliances formées.

Mécénat financier

 

  • Poursuite de la programmation des projets en Comités Exécutifs : 13 nouveaux projets soutenus le 18 mars, 12 le 17 juin, 13 le 14 octobre et 10 le 9 décembre, pour un total de 1 266 500 euros de subventions accordés ;

 

  • Réception et instruction de près de 200 dossiers de demande de soutien, soit près du double par rapport à 2019 ;

 

  • Mobilisation de ressources exceptionnelles supplémentaires : participation à hauteur de 30 000 euros au Plan de solidarité numérique porté par la Fédération Nationale des Familles Rurales et, toujours à hauteur de 30 000 euros, à divers secours d’urgence (AMRF, BPF, transports sûrs).

 

Dons en nature

 

  • 6 véhicules routiers et 1 générateur électrique donnés par l’entreprise fondatrice RTE aux associations d’intérêt général, grâce à l’intervention des salariés ;

 

  • Réalisation d’une démarche partagée de mesure de l’empreinte carbone ou de mesure d’impact social auprès de 7 associations bénéficiaires.

 

Engagement de la communauté RTE

 

  • Mobilisation de 15 parrains et 10 instructeurs pour sonder les associations bénéficiaires et les mettre en relation avec les institutions en charge des dispositifs d’aides d’urgence disponibles ;

 

  • Réalisation de 4 enquêtes d’avril à juillet sur la situation financière et opérationnelle des associations bénéficiaires ;

 

  • Création d’un Comité de suivi des cas critiques et accélération des paiements ;

 

  • Financement participatif des salariés de RTE pour des actions d’urgence de solidarité : 3000 euros.

 

Mobilisation de la communauté des bénéficiaires

 

  • Production maraichère et distribution d’aides alimentaire (Pain et Partage) ;

 

  • Production de visières et masques par les FabLab et structures travaillant le textile (L’Etabli).

 

 

« Le monde associatif rural a connu un grave défi mais a su créer les solutions, quand elles étaient légalement possibles, pour poursuivre voire étendre ses activités auprès des populations. Les entrepreneurs sociaux ont été actifs, coopératifs et créatifs. Les puissants dispositifs de soutien publics ont été efficaces.

Les mécènes se sont également adaptés et ont témoigné d’une plus grande agilité. Les tendances préexistantes à la crise ont été accélérées : numérisation, alimentation de proximité, isolement. La question des modèles économiques sera essentielle dans les prochaines années, notamment dans les domaines éducatif, culturel et sportif. »

Frédéric Dohet, Délégué Général de la Fondation RTE