LA PRÉSERVATION DE LA BIODIVERSITÉ : ZOOM SUR LES PROJETS SOUTENUS

La France abrite l’un des patrimoines naturels les plus riches du monde. Comme l’indique l’Office Français de la Biodiversité, la France est championne d’Europe pour la diversité des amphibiens, oiseaux et mammifères.

 

 

Cette richesse est malheureusement menacée : selon l’Observatoire national de la biodiversité 18% des espèces ont déjà disparu. En cause des activités humaines qui provoquent et accélèrent cette érosion : la conversion de milieux naturels en milieux artificiels ; les pollutions de l’air, du sol, de l’eau ; les pollutions lumineuses et sonores qui touchent les organismes qui peuplent les milieux naturels ; la surexploitation des ressources qui compromet le fonctionnement des écosystèmes et leur renouvellement et le changement climatique qui influent sur les cycles de vie des organismes mais qui affectent aussi leur milieu comme l’acidification de l’océan qui compromet la vie de nombreuses espèces de poissons.

 

L’Objectif du développement durable 15 souligne la nécessité de la protection de la biodiversité et de toutes les espèces menacées. Il en va aussi de la survie de l’humanité puisque la biodiversité permet à l’homme de vivre en lui rendant de nombreux services éco-systémiques. La biodiversité fournit ainsi l’oxygène, l’eau, le bois, des produits agricoles, etc. Elle permet à de nombreux écosystèmes de se réguler : elle permet de purifier l’eau, l’air, nous protège contre les inondations… Elle est aussi un important puits de carbone et un de levier de lutte contre le changement climatique.

 

Dans nos territoires ruraux, de nombreux projets émergent dans une dynamique vertueuse visant à contribuer aux transitions économiques, environnementales et sociales. En voici quelques exemples de projets à triple bénéfices soutenus par la Fondation Rte :

 

La Cressonnière du Bugey (01-Ain) 

L’Atelier Chantier d’Insertion  (ACI) Cressonnière du Bugey créé en 2012 est un établissement de l’association Orsac fondée à Hauteville dans l’Ain. L’ACI a pour but de permettre à des personnes en situation de précarité et d’exclusion sociale de retrouver des repères et du soutien pour se réinsérer dans la vie active. Il propose des activités de maraîchage sur un terrain de 12,5 ha, composé de prairies et de parties cultivées et de bassins pour une surface surface totale de 2,5 ha permettant de cultiver le cresson de fontaine, espèce de plantes potagères. L’établissement a augmenté les surfaces de cultures maraîchères en rationalisant sa production et a relancé la production de cresson. Il souhaite également, à terme, établir une zone humide de préservation de la biodiversité.

 

Dialogues partagés pour la Biodiversité (49 – Maine et Loire)

La Coordination Régionale Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) Pays de la Loire agit en faveur de la réconciliation entre l’agriculture, la vie sauvage, la société civile et la création de l’activité ì économique ancrée dans les territoires. Elle déploie un outil le « Dialogue Partagé pour la Biodiversité » – DPB –lors de visites participatives associant agriculteurs, citoyens / consomm’acteurs et naturalistes, dans 25 fermes des 5 départements des Pays de la Loire afin d’accompagner des agriculteurs déjà installés ou en cours d’installation dans la prise en compte et le développement de la biodiversité sur leur exploitation, et l’obtention du label « paysan de nature ».

 

Gestion/restauration d’espaces naturels en contexte de coteau (49 – Maine-et-Loire)

Portée par le Conservatoire des espaces naturels des Pays de la Loire, le projet met en œuvre des actions de conservation d’espaces naturels en contexte de coteaux sur des sites-pilotes présentant des enjeux biologiques et « orphelins » (délaissés), en partenariat avec les structures de protection de l’environnement et les acteurs locaux, en vue d’une valorisation par réintroduction d’ovins.

 

Un centre de soins pour la faune sauvage du Pays de Retz (44 – Loire-Atlantique)

L’association FAUNALIS développe un centre de soins pour la faune sauvage autochtone en détresse afin d’accueillir, soigner et réhabiliter les animaux sauvages dans le but de pouvoir les relâcher en milieu naturel. Le centre permet également de renforcer ses actions de sensibilisation, d’initiation et d’éducation à l’environnement.