Rencontre avec l’association Osons ici et Maintenant

En janvier 2020, la Fondation RTE a eu le plaisir d’accueillir dans ses locaux le fondateur de l’association Osons Ici et Maintenant, Olivier Lenoir. Nous avons eu l’occasion de discuter avec lui et avec la marraine du projet, Nejla Feliachi, salariée de RTE en région méditerranée. Sélectionnée en comité fin 2018, l’association Osons Ici et Maintenant redonne confiance à des jeunes sans projet grâce à des services civiques d’initiative.

Olivier, comment avez-vous entendu parler de la Fondation RTE ?

J’ai pris connaissance de l’existence de la Fondation RTE à travers l’Association des Maires Ruraux de France (AMRF). Elle rassemble plus de 10.000 maires ruraux, c’est un réseau très important pour nous. Concrètement j’ai découvert la Fondation RTE grâce à différents projets présentés par la Fondation de France.

Quel est votre rôle au sein de l’association ?

J’ai fondé Osons Ici et Maintenant avec ma femme, en rentrant du Québec en 2014. Aujourd’hui je dirige l’association et mes principales missions sont l’animation du conseil administratif où je propose ma vision et l’animation de la stratégie (création de partenariat humain, financier et technique) pour faire grandir l’association.

Quel projet avez-vous présenté ?

En avril 2018, nous avons proposé à la Fondation RTE notre projet d’expérimentation du service civique d’initiative en milieu rural. Ce service offre la possibilité à des jeunes de moins de 25 ans, en recherche ou rupture professionnelle, d’accomplir des actions d’intérêt général sur leur territoire rural.
A partir de l’envie du jeune, on crée un projet. C’est l’inverse du service civique ‘’classique’’. Le but de notre association est de trouver des projets ou associations dans lesquels nos jeunes peuvent s’épanouir et se remobiliser grâce à un travail qui les anime.

Le soutien de la Fondation RTE et l’appui de votre marraine vous ont-ils été bénéfiques ?

Enormément, ce soutien a été d’une grande aide pour 50 jeunes sur deux territoires différents. Il nous a permis de générer 150 000 € de bourse pour ces mêmes jeunes. Enfin, nous avons pu capitaliser sur notre expérience pour nous développer notamment en Guyane, en Bretagne et dans le Béarn.
Nejla, notre marraine RTE, s’est bien intégrée au groupe. Elle a beaucoup échangé sur son expérience et son histoire avec nos bénéficiaires.

Quelles sont vos perspectives d’évolutions ?

Nous souhaitons déployer notre programme dans le pays de Redon (Ille-et-Vilaine) et aller plus loin dans l’insertion professionnelle. Nous aimerions que les jeunes que nous accompagnons puissent décider de leur avenir en donnant du sens à leur activité professionnelle.

Nejla, quel est votre rôle au sein de RTE ?

Je suis chargée de développement et de qualification de matériels pour les équipes opérationnelles de Maintenance au sein du STH (Services et Travaux Héliportés). C’est mon premier poste chez RTE et cela fait trois ans que je l’occupe.

Comment avez-vous entendu parler de la Fondation RTE ?

Tout simplement lors d’une discussion avec un collègue qui venait de se porter parrain pour une association. Peu de temps après j’ai lu un article sur l’intranet RTE qui présentait un certain nombre de projets soutenus par la Fondation RTE et ça m’a donné envie de me porter volontaire pour être marraine.

Pourquoi avez-vous décidé de soutenir ce projet ? Qu’est-ce qui vous a poussé ?

Plusieurs choses, mais je voulais avant tout soutenir des personnes de mon âge dans le développement d’un projet professionnel et de vie, je sais à quel point ça peut être difficile de trouver sa voie.
De plus, c’est une association qui vise vraiment au développement des territoires, dans une belle région qu’est Bordeaux, en soutenant des projets à visée sociale ou environnementale.

Qu’est-ce que vous apporte votre rôle de marraine ?

Beaucoup d’ouverture. La première promo de jeunes que j’ai rencontrée était pleine de sagesse et de maturité. Ce qui est le plus enthousiasmant c’est leur désir de changer les choses.
C’est cette valeur humaine que je trouve importante, cela permet d’ouvrir son esprit, de voir d’un autre œil la vie et surtout de prendre du recul sur le quotidien. Cela m’apporte énormément au niveau personnel mais également dans l’entreprise où je travaille.